admn

ARNAUD CLAASS

Extraits

Le photographe comme traducteur : occupé à lire le texte caché du monde (fruit fantasmatique) comme s'il offrait la chance d'un dévoilement possible ; et comme si le message qui prend forme n'était pas l'encodage par le photographe lui-même. Instants de participation où le visible semble parler le langage sans langage qui n'attend, par mes yeux, que sa voix.

Attaquer la « spécificité » de la photographie, c'est précisément lui donner une existence, beaucoup plus pernicieuse que les considérations naïves sur son ontologie. La négation trahit une fascination.
« La lune est une chose, l'éclipse est un fait » (Lalande, Vocabulaire).

Photographier une chose, c'est pour moi la fixer avec une intensité incrédule.

Faire des images qui ne soient pas comme des montres arrêtées.

Je photographie la vapeur qui sort d'une bouche d'égout. Un passant s'arrête à mes côtés et me suggère de photographier quelqu'un qui sortirait de ces volutes tournoyantes – ce que j'ai justement fait cinq minutes auparavant.......

Journal de travail

Inspirées par un amour intense de la photographie,

Le réel de la photographie, 2012

Je n'imagine pas d'autre incitation à photographie

conférence International Center of Photography, 2009

Pour moi, la saisie photographique est, dans tous

Semaine N°42, mars 2005, à l'occasion de l'exposition Mémoire vive, CPIF et Musées de Sens, 2000

L ‘image photographique non comme réponse, ni même

Photographies 1968-1995, Actes Sud, 1996

…Les images les plus puissantes nous semblent touj

conférence Le Retournement photographique, 20e Forum Le Monde-Le Mans, D'où venons-nous ? Retours sur l'origine, 14-16 novembre 2008, 2000